Mon avis sur le Super Soft C-Ring de Tantus

En fait, c’est très dur de juger le  Tantus Super Soft C-ring sur ses capacités à intensifier l’orgasme ou à le retarder étant donner que l’intensité ou le temps qu’un orgasme met à venir dépendent de pleins de facteurs différents qui peuvent changer d’une utilisation à l’autre. Je ne peux donc me prononcer que sur le design, le confort et la facilité d’utilisation de l’objet.

Design :

Bon bha c’est un anneau quoi… et il est noir…

Tantus Super Soft C-Ring

Un cylindre pour être tout à fait exact. Gris anthracite pour l’être encore plus.

Le seul point que je pourrais reprocher au design serait la ligne de moulage qui apparaît sur chaque face du cylindre, au milieu. Le fait que ce détail apparaisse sur les visuels du produit sur le site officiel de Tantus me laisse à penser qu’il s’agit d’un parti pris mais je trouve que ça gâche un peu le design. Un design complètement lisse m’aurait plu davantage mais ce n’est qu’une question de goût.

Facilité d’utilisation :

Une fois que l’on pense à utiliser du lubrifiant (en fait, ils le disent sur l’emballage mais j’avais pas tout lu), enfiler l’anneau est très aisé en cas d’érection. Au repos, c’est encore plus simple et cela ne nécessite pas de lubrifiant. L’anneau est suffisamment élastique pour laisser passer les testicules sans douleur. Par contre, une fois en érection, je ne sais pas si c’est dû à mon gabarit mais l’anneau me semble un peu trop étroit pour laisser une circulation du sang suffisante (d’où le “zizi de schtroumpf”). Je recommanderais donc aux messieurs munis d’un diamètre généreux de laisser leurs bijoux de familles en dehors de l’anneau, dans le doute…

Confort :

Point de vue confort, le silicone de qualité dont cet anneau est constitué le rend très agréable à porter. J’ai essayé de le porter en dehors d’un rapport sexuel (je n’y voyais pas trop d’intérêt mais bon… pour la science, tout ça…) et il ne m’a pas gêné du tout. Même en y insérant les testicules, le port au repos est plutôt agréable et on est beaucoup plus conscient de sa présence.

J’imagine qu’il peut y avoir un côté érotique au fait de le porter sous ses vêtements en journée par exemple, un peu comme le port d’un bijou anal ou de boules de geishas (sans le côté gymnastique vaginale des boules évidemment). Par contre, dans mon cas, la moindre érection serait sanctionnée si il me venait l’idée de le porter testicules compris. Une application BDSM peut-être?

Conclusion :

Le Tantus Super Soft C-ring me semble être un excellent produit même si c’est le premier de sa catégorie que je teste. Il sent bon la qualité et le prix est raisonnable. Je regrette juste qu’il ne soit pas proposé dans plusieurs tailles.

Cote : 4,5/5

2 autres couleurs sont disponibles.

2 autres couleurs sont disponibles également.

Avis supplémentaire(s) :

Publicités

Le Super Soft C-Ring de Tantus (2ème partie)

Comme promis, voici la suite de mon article d’hier *air détaché* sur le Tantus Super Soft C-ring.

Après avoir raconté mon petit incident avec la tondeuse voici donc le récit de la première utilisation de l’objet.

Bon, je plante le décor rapidement : le lit. Sur le lit : Madame et Monsieur Toucoquin.

Bref, ça devient un peu chaud et je propose à Madame de tester notre nouvelle acquisition. L’emballage indique qu’on peut porter l’anneau à la base du pénis ou à la base des testicules, en faisant donc passer ces derniers dans l’anneau, cette deuxième option donnant un effet plus important. Je tente donc l’option la plus efficace et m’esquinte pendant plusieurs minutes à tout faire passer dans ce tout petit anneau (à moins que ce ne soit ce que j’essaie de faire passer qui est trop gros? Huhu…). Il faut dire que Madame Toucoquin ayant déjà commencé à me caresser avant ma proposition d’essayer le joujou, j’avais déjà une bonne érection au moment des faits.

Au bout de 10 minutes à me faire mal et quelques propositions de Madame d’abandonner, un éclair de génie (hum) me traverse et je pense à utiliser du lubrifiant. C’est tout de suite plus efficace et c’est plein de fierté que, tel Zorro, je brandis mon engin orné de son anneau noir… (si quelqu’un se le demande, non, je ne prends pas de drogue)

Bon par contre, ça fait un peu mal aux cojones mais je mets ça sur le compte des contorsions que j’ai imposées à mon anatomie afin d’enfiler le machin. Je laisse donc Madame reprendre là où elle avait abandonné ses caresses :

– “Whaw, c’est trop bizarre, elle est pas comme d’habitude, elle est encore plus grosse et toute veinée!”

– “C’est normal, c’est un peu ça l’idée…”

– “Ha… T’es sûr qu’il fallait mettre les testicules avec?”

– “Ben c’est ce qu’il est mis sur l’emballage…”

– “D’accord… Hé mais ça devient bleu! T’es sûr que c’est normal ça?”

– “Ha non, ça c’est pas normal!”

Et en effet, mon matériel avait pris une belle couleur violacée… J’enlève donc l’anneau sur le champs de peur d’abîmer irrémédiablement mon machin.

– “On va essayer la première option hein.”

– “On va faire ça, oui…”

Je remets donc l’anneau sans inclure les testicules, l’effet est moins impressionnant mais aussi moins douloureux et la couleur de mon engin reste normale et je préfère comme ça finalement.

Madame Toucoquin reprend donc (encore une fois) ses caresses là où les avaient (encore une fois) abandonnées et je peux alors enfin profiter de notre achat et évaluer son efficacité.

Quelques caresses manuelles et buccales plus tard, Madame m’offre un orgasme plutôt intense… comme la plupart des orgasmes qu’elle m’offre quand elle s’applique… ce qu’elle ne manque pas de faire la plupart du temps… y compris ce soir là…

Difficile de juger de l’efficacité du machin dans ces conditions!

Je tenterai néanmoins de vous donner mes impressions qualitatives sur le Super Soft C-ring dans mon prochain et dernier article le concernant.

Je pourrais également vous raconter deux autres utilisations du Super Soft C-ring, l’une avec pénétration juste après avoir écrit l’article précédent et l’autre lors d’une séance masturbatoire en solo, mais à moins que vous n’insistiez vraiment, je ne pense pas qu’elles soient d’un grand intérêt. Ce sera donc à la prochaine fois pour mon avis sur le Super Soft C-ring.

Le Super Soft C-Ring de Tantus (1ère partie)

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de mon dernier achat coquin : le Tantus Super Soft C-ring. Ce produit ne concerne en rien le plaisir anal mais comme cela fait une paye que je n’ai plus rien écrit ici, il faut bien trouver de quoi meubler…

Cela faisait un moment que je voulais m’acheter un anneau pénien pour tester ses prétendues propriétés : orgasmes plus forts, érections plus « volumineuses » et éjaculations retardées. Par contre, j’avais un peu regardé ce qui se faisait dans le genre et beaucoup d’anneaux, notamment chez Fun Factory, présentent un design que je juge un peu trop particulier. En effet, difficile de m’imaginer nu avec ce truc sur le pénis sans avoir l’impression d’être ridicule…

J’ai trouvé l’objet dont je vous parle aujourd’hui par hasard dans notre boutique préférée lors de l’achat d’un tout autre accessoire dont je vous parlerai peut-être plus tard. Il était exposé à 9,99€ sur une étagère sur le chemin de la caisse et vu son prix plutôt raisonnable et son design sobre et discret, je l’ai pris sans trop y réfléchir.

Il est resté plusieurs jours dans son emballage vu que l’occasion de l’utiliser ne s’est pas présentée tout de suite mais il a quand même réussi à provoquer une situation rigolote entre-temps. En effet, j’ai entrepris, le soir ou le lendemain soir de l’achat, de tailler un peu les poils de mon pubis afin d’éviter que ceux-ci ne viennent se coincer dans l’anneau lors de son utilisation. Malheureusement, je ne dispose que d’une tondeuse escamotable sur mon rasoir électrique et celle-ci ne dispose pas de guide de coupe. Ce qui devait donc arriver arriva et suite à un faux mouvement, je me suis retrouvé avec un côté rasé de trop près, de beaucoup trop près! Qu’à cela ne tienne, je trouve les pubis masculins entièrement rasés plutôt laids mais je préfère ça que d’avoir le bas ventre avec la coupe de cheveu de Skrillex. Ce sera donc la coupe Bruce Willis! Au final, je m’y suis fait assez rapidement, c’était tout doux et visuellement, ça ne me dérangeait pas trop. Madame Toucoquin, par contre n’aimait pas trop ça, ça faisait trop bizarre… Et donc, tel que j’écris ce message, ça repousse…

Voilà donc pour cette petite anecdote…

Bon, normalement, c’est le moment où je vous parle de la première utilisation du Tantus mais là, j’ai un peu la flemme donc je vais ajouter un joli « 1ère partie » dans le titre et vous donner rendez-vous plus tard pour la suite du récit… et qui sait, peut-être que d’ici-là, j’aurai eu une expérience supplémentaire à raconter…