Avis sur le Cobra Libre 2 de Fun Factory

Aujourd’hui, en plus de vous parler du jouet du jour, je vous présente un nouveau partenaire : Espace Plaisir.

Espace Plaisir

M., du service comm’ d’Espace Plaisir, m’a contacté début décembre pour me proposer de tester des produits de leur boutique en ligne, des sextoys mais aussi de la lingerie. Cannelle n’étant pas une grande fan de lingerie, nous sommes restés sur les sextoys et avons envoyé à M. une (pas si) petite liste des produits qui nous tentaient bien. Et sur cette liste, c’est le Cobra Libre 2 qu’Espace Plaisir a choisi de nous envoyer. Ou plutôt de m’envoyer à moi vu que Cannelle n’est pas vraiment équipée pour profiter des plaisirs qu’offrent le Cobra, bien qu’elle ait quand même participé à ma première découverte de l’engin, mais ça, je vous en parlerai plus tard… En plus, y en a toujours que pour Cannelle alors pour une fois que je pouvais profiter un peu, je ne me suis pas fait prier!

Présentation du Cobra Libre 2

Le Cobra Libre 2 est un stimulateur vibrant pour pénis, plus spécifiquement pour gland. Attention, je ne dis pas que c’est un jouet pour les types un peu gauches hein, juste qu’il est prévu pour stimuler la tête du pénis. Hein? Oui, c’est pour les têtes de bite, on peut dire ça… Oui, enfin non. Ho et puis laissez tomber! C’est un stimulateur pour le bout du zizi. Point.

10[1]Son look me fait (un peu) penser à un genre de mix entre les motos de Tron et le Tantive IV (rien à voir avec tante Yvonne qui ne se fait pas pourchasser par l’Empire, elle) de Star Wars.

Il est composé d’une coque en PVC et d’un insert en silicone (le même silicone attrape poussière que les autres produits Fun Factory) qui forme une sorte de bouche béante.

3[1]

Faites « haaa »…

Il est muni de deux moteurs bien puissants et offre 11 modes de vibration.

La navigation entre les modes se fait à l’aide de 2 boutons (+ et -) et est un peu particulière. En effet, à l’allumage, l’engin démarre sur un mode constant d’intensité moyenne. De là, on peut descendre de 2 vitesses (les « training mode » selon la notice) ou monter de 2 vitesses (« constant mode »). Si on continue à monter, on arrive dans des modes à montée d’intensité progressive (« slalom mode ») au nombre de 3 et, ensuite, arrivent 3 modes où l’intensité varie de façon plus aléatoire (« rock’n roll mode »). Par contre, on ne peut pas descendre d’un mode : toute pression sur le bouton « -« , mis à part pour les modes « training », nous fait revenir au mode constant le plus puissant. Vous avez tout compris? Non? Ben voilà ce que dit la notice :

modescobralibre2

Les plus attentifs repéreront une petite erreur sur la notice par rapport à ce que j’ai expliqué…

Sinon, il est étanche et rechargeable avec le maintenant bien connu système Click’n’charge de Fun Factory.

Utilisation du Cobra Libre 2

L’utilisation est très simple : on insère son gland dans l’ouverture prévue à cet effet et on allume le bazar! Pour l’insertion, un peu de lubrifiant (pas à base de silicone hein!) ou de salive peut être nécessaire.
Côté efficacité, j’avoue que j’ai été agréablement surpris. J’avais déjà testé plusieurs fois les vibrations sur mon gland avec les joujoux de Cannelle et ça ne m’avait jamais convaincu. En effet, les rares fois où j’ai, fastidieusement, obtenu un orgasme, celui-ci était plutôt médiocre. Et je ne vous parle pas de mon expérience avec le Fairy Black Exceed! Du coup, j’étais assez sceptique.
Et pourtant, lors de la première utilisation, l’orgasme est arrivé plutôt facilement et c’était un tout bon orgasme. Bon, il faut dire aussi que les caresses de Cannelle en plus des stimulations de l’engin ont surement aidé…
Et du coup, je n’ai pas attendu longtemps pour réessayer l’appareil seul, dans un bon bain chaud, avec du Led Zepp’ en fond sonore… Ce qui a peut être un peu aidé aussi… Cette fois-là, j’ai commencé alors que j’étais « au repos » mais l’érection est vite apparue et j’ai fini par jouir sur « Dazed and Confused« …
Je l’ai encore utilisé quelques-fois depuis et j’irais même jusqu’à dire que je ne me suis plus masturbé « à la main » depuis que je l’ai…
En fait, le seul petit truc qui me gène quand je l’utilise, c’est que, du fait de la rigidité de l’insert en silicone, il est parfois difficile de ne pas s’en mettre partout au moment de l’orgasme. Quand je l’utilise couché, pas de soucis, je peux arriver à ce que tout reste à l’intérieur si je fais bien attention mais quand je l’utilise assis, impossible pour moi de mettre l’engin dans une position qui me permette de récolter proprement le fruit de ma jouissance. Et même si j’y arrive, impossible de le poser sans en verser le contenu… Pas pratique donc.
Bon, il y a aussi le problème du bruit mais il reste raisonnable et je ne pense pas que nous aurons un jour droit à un vibromasseur totalement silencieux.

Conclusion

Un bon produit qui n’est pas prêt de voir le fond du tiroir de ma table de chevet!


L’avis des collègues :

69 Désirs